Quelles formations pour devenir soigneur animalier en zoo ?

par

Les métiers auprès des animaux ont de plus en plus de succès. Bien que le marché de l’emploi ne soit pas favorable, de nombreux jeunes et des adultes en reconversion souhaitent devenir soigneur animalier en zoo. Cet article se propose de faire la présentation d’un métier bien particulier et des cursus de formation qui y préparent. Nous vous souhaitons bonne lecture.

Qu’est-ce que le métier de soigneur animalier ?

Le soigneur animalier est un employé ou un fonctionnaire qui travaille au sein d’un parc zoologique, d’un élevage ou d’un refuge pour la faune sauvage captive. Il s’agit d’un ouvrier qualifié ou d’un technicien qui reçoit des consignes d’un responsable animalier, d’un vétérinaire ou directement du directeur de l’établissement.  

Les activités du soigneur animalier vont dépendre de l’établissement qui l’emploie et du secteur dans lequel il travaille. Mais ses tâches principales sont :

  • Préparer les rations alimentaires des pensionnaires du zoo
  • Distribuer les aliments et vérifier que chaque animal ait accès à la nourriture et à l’eau des abreuvoirs
  • Nettoyer les loges et les enclos

Cette dernière activité – le nettoyage des installations d’élevage et de présentation au public – est probablement celle qui occupe le plus de temps pour un soigneur animalier. Car son métier consiste à offrir aux animaux de bonnes conditions de vie et à maintenir de bonnes conditions d’hygiène. Ces activités manuelles et répétitives sont fondamentales au bien-être des animaux captifs.

Le soigneur animalier est aussi amené à réaliser de petits travaux de réparation, de construction ou de jardinage. C’est particulièrement vrai dans les parcs animaliers à effectif réduit. Au sein des établissements plus importants, il est généralement habituel qu’un service technique s’occupe de ces travaux.

Toujours dans les petits établissements, les soigneurs animaliers peuvent aussi s’occuper des animations pédagogiques aux visiteurs. Dans les structures plus grandes, ces actions sont confiées à un service pédagogie.

Afin d’améliorer les conditions de captivité des animaux, les soigneurs animaliers réalisent de plus en plus souvent des programmes d’enrichissement du milieu. Le principe de l’enrichissement est de présenter aux animaux des situations nouvelles afin de les stimuler physiquement et mentalement. Les grands félins et les primates ont particulièrement besoin d’enrichissement afin de contrer l’ennui. L’enrichissement fait souvent appel à la nourriture que l’on dissimule dans des objets ou dans divers endroits de l’enclos. 

L’entraînement médical est aussi une activité qui se développe dans les parcs zoologiques en Europe. Il s’agit de dresser – et donc de modifier les comportements des animaux – afin de pouvoir faciliter le travail des soigneurs animaliers et des vétérinaires. Les animaux sont ainsi habitués à présenter par exemple, une patte ou à ouvrir leur gueule pour que l’opérateur puisse inspecter l’état de santé de l’individu. On a alors moins recours à la capture et aux anesthésies qui présentent toujours des risques pour les animaux. 

L’entraînement médical comme la conduite de l’enrichissement médical ne sont pas des jeux. Ils demandent des connaissances pointues en éthologie et une pratique régulière. Et les écoles de soigneur animalier font intervenir des formateurs spécialisés durant leurs cursus. Il va de même pour la médiation pédagogique qui demande aussi des compétences et un engagement fort.

Enfin, citons que l’élevage des jeunes animaux revient aussi au soigneur animalier. Toutefois, cette activité est très rare. De nos jours, les animaux sont suffisamment bien nourris et les enclos bien adaptés pour que les parents adoptent des comportements naturels et s’occupent seuls d’élever leurs progénitures. Mais lorsque cela est nécessaire, ce travail revient généralement à un soigneur animalier expérimenté.

Vous l’aurez compris, le métier de soigneur animalier – ou de soigneuse animalière – est particulièrement physique et exigeant. Il s’exerce tout au long de l’année et par tous les temps. Il faut aussi être préparé à travailler un week-end sur deux, car les animaux ont besoin des mêmes soins durant toute l’année. Cela est aussi valable pour les jours fériés et les vacances scolaires. 

Ces contraintes du métier ne sont pas toujours bien évaluées et de nombreux soigneurs animaliers quittent leur emploi après quelques années. Il est en effet difficile de conjuguer vie de famille et métier auprès des animaux. Enfin les propositions d’emploi sont rares et il est généralement nécessaire de changer de département et de région pour trouver un nouveau poste.

Beaucoup d’animaux de zoo – comme ces lions – peuvent être dangereux. Le soigneur animalier doit respecter les consignes de sécurité.

Le soigneur animalier selon les secteurs où il exerce peut travailler à proximité d’animaux dangereux. Il est faux de penser que de grands carnivores s’habituent aux humains et s’apprivoisent avec le temps. Chaque année des accidents graves et parfois mortels ont lieu dans des parcs animaliers. Bien souvent ces drames ont pour origine une erreur humaine ou une imprudence. Le soigneur animalier doit donc respecter les consignes de sécurité. Il doit aussi veiller à ce que les visiteurs en fassent de même, et reporter sans délai tout agissement dangereux à sa hiérarchie.

Si tout cela ne vous a pas fait peur, nous vous proposons de parler des cursus de formation pour devenir soigneur animalier. Car s’il y a encore quelques années, ce métier s’apprenait sur le tas, de nos jours de plus en plus de recruteurs privilégient les candidats issus d’une école ou d’un centre de formation.

Découvrez le métier de soigneur animalier avec cette vidéo : 

Quels cursus pour travailler comme soigneur animalier ?

Le métier de soigneur animalier est devenu de plus en plus complexe à mesure que les jardins zoologiques ont évolué dans leur fonctionnement et leurs missions. 

Pour être soigneur animalier, il faut être autonome, endurant, suivre les procédures établies et connaître le comportement et les besoins des animaux dont on a la charge pour assurer leur bien-être et travailler en sécurité. 

Si ce métier peut encore s’apprendre “sur le tas”, les recruteurs se tournent de plus en plus vers des personnes qui ont été formées dans une école reconnue.

Quelles sont les écoles reconnues par le secteur des parcs zoologiques ?

Afin de répondre à l’émergence des parcs zoologiques modernes, la première école de soigneur animalier a été créée dans les années 1970 aux Etats-Unis. Et il faudra attendre la fin des années 90 pour que le premier centre de formation dédié ouvre en France. Les premiers centres de formation ont été rejoints par d’autres écoles à mesure que le métier de soigneur animalier devenait populaire. Actuellement, plus de dix écoles et centres de formation existent en France et il est aussi possible de se former au métier de soigneur animalier en Belgique et en Suisse.

On peut affirmer qu’en 2020, ces écoles forment davantage de soigneurs animaliers qu’il n’y a de poste à pourvoir. Il faut aussi ajouter à cela que tous les établissements ne jouissent pas de la même reconnaissance de la part des recruteurs et des directeurs de parc zoologique. Les écoles les plus connues sont :

  • La MFR de Carquefou
  • Le CFPPA du Lot
  • Le CFPPA du Loir-et-Cher

Ces derniers établissements sont les plus anciens. La MFR de Carquefou et le CFPPA du Loir-et-Cher sont les seuls à délivrer des titres professionnels reconnus par l’état. D’autres écoles plus récentes délivrent des enseignements de qualité accès sur la pratique. Citons tout particulièrement la Ferme Souchinet et Siane Formation.

Notons qu’il existe aussi des écoles qui proposent des formations en ligne. C’est le cas d’IDLWT qui a mis en place Préparation soigneur animalier. Cette formation par visioconférences en direct permet de se familiariser avec le domaine des parcs animaliers et avec les techniques d’élevage des animaux non domestiques. Animée par des professionnels des parcs zoologiques, elle a pour vocation d’être suivi par une formation en présentiel dans l’une des écoles citées précédemment. Cette formation à distance est l’occasion de valider un projet lorsqu’il est encore au stade d’envie. Mais aussi d’acquérir des bases zootechniques qui vous avantagent durant les concours d’entrée des écoles de soigneur animalier.

Pour plus d’information sur les établissements cités et les autres centres présents en France et en Belgique consultez la page suivante : https://formationsoigneuranimalier.fr/pages/les-formations-de-soigneur-animalier-en-france-et-belgique

Où faire vos premiers stages ?

La recherche des stages est la préoccupation principale de ceux qui veulent devenir soigneur animalier. Les écoles de soigneur animalier recrutent leurs candidats sur la base de leurs stages : nombre de stages et durées totales. Et les recruteurs privilégient toujours les postulants qui ont déjà une expérience significative à leur actif. 

Si vous souhaitez devenir soigneur animalier, vous avez tout intérêt à effectuer votre premier stage le plus tôt possible. Cela est d’abord nécessaire pour valider votre projet d’orientation. Car lorsqu’il s’agit de travailler avec des animaux les rêveries ont la “peau dure”. 

Le métier de soigneur animalier s’apprend en partie par l’expérience. Vous devrez effectuer de nombreux stages pour vous former correctement

Si vous êtes encore scolarisé, vous pouvez demander à votre école une convention de stage pour faire cette première immersion dans un zoo. Si vous ne l’êtes plus, il vous reste encore la possibilité de vous adresser à la mission locale de votre secteur ou à votre agence Pôle Emploi pour obtenir une PMSMP. Une PMSMP est comparable à une convention de stage. Elle permet de réaliser une immersion en milieu professionnel durant deux semaines, plus rarement jusqu’à un mois. Tous les parcs zoologiques exigent une PMSMP ou une convention de stage pour recevoir des stagiaires. Il s’agit pour l’établissement d’être protégé en cas d’incident causé par le stagiaire.

Chaque année, des centaines de personnes envoient des messages électroniques ou des courriers pour faire une demande de stage. Les parcs animaliers et en particulier ceux qui sont les plus connus reçoivent des dizaines de demandes chaque semaine. Logiquement, la plupart n’aboutisse pas et bien souvent les demandeurs n’obtiennent pas de réponse. 

Dans un premier temps, nous vous conseillons de concentrer vos demandes de stage vers les petits établissements et les fermes pédagogiques. Ces lieux offrent souvent de bonnes conditions de prise en charge des stagiaires. On y apprend donc beaucoup sur les animaux qui y sont élevés. Lorsque vous aurez deux ou trois stages à votre actif, il vous sera plus facile d’aborder les zoos très convoités comme le ZooParc de Beauval, la Vallée des Singes, le Zoo de Mulhouse ou encore la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris. Car même pour recevoir des stagiaires, ces établissements effectuent une sélection sévère et n’acceptent généralement pas de parfaits débutants.

Ne perdez pas courage

Le métier de soigneur animalier attire de plus en plus de personnes. Et la concurrence n’a jamais été aussi rude entre les candidats qui souhaitent intégrer une école ou décrocher un poste (stage, apprentissage ou emploi) dans un établissement zoologique. Vous devrez donc faire bien mieux que la moyenne des candidats pour vous démarquer.

En premier lieu, n’abandonnez pas vos études trop tôt. Si vous pouvez faire un BTS ou une Licence – au minimum – avant d’intégrer une école de soigneur animalier, c’est un plus. En effet, les écoles ont tendance à privilégier les diplômés de l’enseignement supérieur, car ils sont plus matures et n’auront pas de difficulté à suivre les cours théoriques parfois ardus. Notons ici que le CFPPA du Lot reçoit exclusivement des personnes issues de l’enseignement agricole. Passer par un BTS agricole peut être un bon choix d’orientation. De plus, être diplômé de l’enseignement supérieur, vous apportera un avantage lorsque vous souhaiterez changer de métier. 

N’oubliez pas qu’être soigneur animalier est :

  • difficile physiquement et parfois moralement, 
  • peu compatible avec une vie de famille, 
  • peu rémunérateur, 
  • parfois lassant après plusieurs années. 

Posséder un diplôme de niveau bac +2 ou supérieur augmentera votre champ des possibles lorsqu’il vous faudra reprendre une formation pour adultes et postuler vers un autre secteur d’activité.

Deuxièmement, nous vous conseillons de faire des stages dans différents types de zoos. Passez quelques semaines dans un petit établissement spécialisé (reptilarium, parc ornithologique, ferme pédagogique,…), puis quelques semaines dans un établissement plus important. Faites vous une idée de l’ambiance et de la culture professionnelle des zoos publics et des zoos privées. Ne restez pas sur une unique expérience. Votre curiosité jouera en votre faveur devant un jury. 

Notre dernier conseil est de choisir une école reconnue par l’ensemble du secteur des parcs animaliers. Ces formations ont été citées plus haut. En effet, certaines formations récentes ne sont pas bien considérées par les recruteurs. Pire, certains directeurs tournent le dos aux personnes issues de celles-ci. Cette méfiance est marquée vis-à-vis des formations par correspondance.

Voici pour cette courte présentation du métier de soigneur animalier en France et des formations qui y préparent. Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter beaucoup de courage et de passion ! Merci pour votre lecture.