La maison container est-elle vraiment écologique ?

par

Dans la recherche du développement d’un habitat durable, les maisons containers semblent faire débat. Si elles sont très prisées des architectes et des personnes qui souhaitent faire construire à petit prix, elles sont aussi décriées par d’autres, plus sceptiques, quant à la transformation de vieux conteneurs maritimes en domicile. Alors, qu’en est-il vraiment de leur potentiel écologique ? 

Constructions en containers : origine et principe

Historique de ce mode de construction atypique

Le conteneur d’expédition a été développé dans les années 50, avant de se populariser au sein des compagnies maritimes une décennie plus tard. Les premières habitations, bâties avec ce type de matériaux, ont vu le jour en Chine en 1990 où elles n’étaient que des logements de fortune. L’Europe, Amsterdam en première ligne, s’empare de ce système de construction au début des années 2000. En France, le Havre ouvre la marche en 2010 avec la création d’une résidence étudiante. L’initiative sera suivie de près par Nantes, Rennes, Reims ou encore Lyon et Annecy. 

Quelles sont les caractéristiques des containers ? 

Conteneurs de frêt de 20 et de 40 pieds.

Pour la construction de maisons, on utilise quatre sortes de containers maritimes qui doivent répondre à des normes ISO précises. Les dimensions sont les mêmes pour tous et se comptent en pieds : 20 pieds (5,90 x 2,35 x 2,68m) ou 40 pieds (11,80 x 2,35 x 2,68m). 

  • Dry : les plus courants. Ils sont très résistants (température, corrosion, étanchéité) et n’ont jamais transporté de marchandises polluantes.
  • Reefer : isothermes, mais l’épaisseur de leur isolation (2 cm) réduit considérablement la surface aménageable. 
  • Flat Rack : Dry sans parois latérales. Ils sont pratiques à utiliser comme pièce d’assemblage.
  • Open top : s’ouvrent par le toit. Ils sont donc très employés en haut des édifices.  

Pour quels bâtiments peuvent-ils être utilisés ? 

Les containers peuvent permettre de créer plusieurs types de constructions. 

  • Logements sociaux ou étudiants : comme ceux du Havre, qui ont été réalisés en 5 mois et demi et accueillent environ 150 élèves. 
  • Maisons individuelles.
  • Bureaux : éphémères comme sur les chantiers, ou définitifs.
  • Commerces : l’aspect moderne et atypique peut être une plus-value pour l’esthétique de certaines boutiques. Le « Common Ground » de Séoul, par exemple, est composé de 200 containers. C’est le premier espace culturel de ce genre en Corée du Sud.

Quels sont les avantages écologiques ?

Création d’espace par le recyclage d’anciens conteneurs 

Évidemment, pour que ce modèle de construction soit bénéfique à l’environnement, vous devez choisir des containers hors service ou en « dernier voyage ». Leur achat permettra alors de libérer de la place dans les zones portuaires, souvent encombrées par ces conteneurs vides. En effet, même s’ils ne sont pas totalement hors d’usage, ils restent parfois stockés des années sans pouvoir effectuer d’autres trajets, en raison de la différence de flux des marchandises, qui ne leur fournit pas une cargaison suffisante, pour être à nouveau utilisés. Orientez vos recherches vers des ports proches du futur lieu de construction, sinon l’impact écologique du transport rend la démarche vaine.  

Construction rapide et sans gros œuvres

Les conteneurs sont déjà préfabriqués, et peuvent même être aménagés à l’avance. La maison container offre ainsi un gain de temps de près de 70 % par rapport à une construction classique et requiert moins de gros travaux. Or, ces derniers ont une forte empreinte carbone, qui peut alors être évitée ou du moins limitée. De plus, il n’est pas nécessaire de construire de fondations : un sol droit et stable suffit (dalle, pilier, sol seul). Si le bâtiment doit être enlevé pour une raison quelconque, il laissera moins de traces à long terme.

Des coûts amoindris : pour une plus grande liberté d’action

La maison container est une solution financièrement avantageuse par rapport aux constructions classiques. Les conteneurs d’occasion de 20 pieds peuvent s’acheter aux alentours de 1500 €. En revanche, vous devez ajouter à cela le prix du transport et des quelques travaux. En général, l’économie est de 20 % à 50 %. Cela peut devenir un atout environnemental considérable si vous utilisez, ne serait-ce qu’une partie de cet argent, pour vous procurer des matériaux écologiques, notamment pour l’isolation. Vous pouvez également tenter de diminuer la consommation énergétique de votre maison en faisant, par exemple, installer des panneaux solaires.

Une résistance impressionnante

Conçus pour transporter des marchandises, via les voies maritimes, sur de grandes distances, les containers sont particulièrement robustes. Ils résistent aux conditions difficiles et sont étanches. De plus, ils soutiennent jusqu’à 5 fois leur poids, et peuvent donc s’empiler sans souci pour créer des étages. Laissés à l’abandon, ils ont une durée de vie d’une quarantaine d’années. Ainsi, si vous les entretenez correctement, ils vous garantiront une habitation solide et viable sur le long terme, sans avoir à effectuer de travaux de rénovation. 

Possibilité d’aménagements écologiques

Le métal a l’avantage d’être facile à découper pour créer des ouvertures. De plus, la capacité des conteneurs à s’empiler et à s’installer rapidement permet de rajouter de nouveaux espaces au fur et à mesure. Le toit peut aussi être aménagé en terrasse, jardin ou potager. Ainsi, l’aspect industriel des conteneurs peut être amoindri, en le camouflant avec de la végétation. De plus, vous pourrez y faire pousser vos propres fruits et légumes ! C’est également un emplacement parfait pour les panneaux solaires, si vous décidez de vous lancer dans la création d’une énergie plus verte. 

Quels sont les inconvénients écologiques ?

Une très mauvaise isolation d’origine

L’un des principaux problèmes est que le métal offre une très mauvaise isolation thermique. Vous devrez donc réaliser un minimum de travaux pour bien isoler votre futur domicile. C’est là que survient la difficulté, puisque les matériaux employés, comme la laine de verre ou de roche, sont souvent choisis pour leurs prix bas, au détriment de leurs valeurs écologiques. Pour que le projet soit viable, il faudrait plutôt se tourner vers des isolants issus des végétaux : la laine de lin, la fibre de bois, ou encore la paille. Cette dernière à l’avantage d’être efficace et peu chère. Le toit plat peut aussi devenir problématique, notamment au niveau de l’étanchéité, mais il est possible d’y ajouter une charpente ou une verrière. 

Une « pollution visuelle »

Cet aspect engendre souvent des démarches administratives longues et fastidieuses. En effet, la future maison container doit être autorisée par les services d’urbanismes de votre commune, ce qui n’est pas toujours le cas. L’esthétique très industrielle des conteneurs maritimes, s’ils sont placés au mauvais endroit, peut engendrer une pollution visuelle non négligeable. En revanche, il est possible de diminuer cet impact négatif en aménageant certains espaces, notamment en ajoutant de la végétation sur le toit, ou en camouflant le métal derrière un bardage.

Un impact positif amoindri par l’aspect recyclable du métal

Bien que les conteneurs soient hors d’usage, il est vrai que le métal est un élément théoriquement recyclable à l’infini. Cet argument démontre une certaine limite dans le geste écologique de récupération, et il est souvent avancé par les personnes qui dénoncent ce type de logement. En revanche, le propos est à nuancer, si on considère que les conteneurs créaient tout de même une pollution visuelle, qui aurait pu durer de nombreuses années, ainsi qu’une perte d’espace conséquente dans les zones portuaires. 

Le potentiel toxique des containers

Le problème majeur, souvent rédhibitoire, est la possibilité qu’en tant que coffres de transport maritime, les containers aient accueilli des marchandises potentiellement nocives (pesticide, polluants, produits toxiques…). Essayez donc de vous assurer qu’ils ont bien été décontaminés et sont donc viables pour être transformés en domicile. Dans tous les cas, vous devrez prévoir d’installer un bon système de ventilation, pour diminuer au maximum les risques. 

La maison container peut donc être une solution écologique très intéressante, à condition qu’elle soit correctement conçue. Le simple fait d’utiliser des conteneurs ne suffit pas à rendre l’habitat   »durable ». Pour lui accorder une vraie valeur environnementale, vous devrez absolument réfléchir sa construction en amont : transports limités, matériaux verts, végétation, énergie solaire…